JSfar

Je vous livre là un morceau de moi écrit au préalable dans mon cahier, j'avais plutôt prévu pour aujourd'hui un article couture sur les tenues de réveillon et en écrivant avec mon crayon, j'ai eu envie de passer au clavier. Nouveau sentiment. Message peut être plus intime avec des vrais morceaux de D'elle dedans, de ceux qu'elle partage peu, trop peu peut être.

Inébranlable optimisme, cet expression me hante ce matin, ces mots trottent dans ma tête. Révélateurs du doute je le crains et bien sur de ma nécessité de croire en l'être humain.

J'ai entendu parmi les innombrables réactions de ces derniers jours qu'il pouvait être dur d'être athée aujourd'hui, que c'était rare?je ne sais pas. Ce que je sais c'est qu'aujourd'hui je peux affirmer à moi aus autres que je ke suis, Athée. c'ets une évidence, bizzare comme une chose que l'on sait peu devenir une révélation, on ne sait pourquoi précisément à ce moment là.

Mais être athéee n'est pas, pour moi ,ne pas croire, non.Comment vivre sans croire? Je me suis longtemps heurtée à ce dilemne, je ne crois pas cela possible, vraiment moi si je ne crois plus, je m'éteint. J'ai besoin de croire dan sla vie, dan sl'autre, dans le futur.

L'illustration de joann sfar est parfaite dans l'émotion qu'elle me procure pour décrire ça - j'avoue être plus attentive,sensible à la force des dessins ces derniers jours, va savoir...-

Je crois donc, profondément et ainsi j'avance... et le matin quand je croise une collégue qui me sourit à choisir entre sourire politesse,sourire plaisir ou sourire hypocrite, je prend sourire plaisir parce que je crois - oui je me suis posée pour  de vrai cette question ce matin sur le sens d'un sourire, sur ce que j'en faisais et comme moi je les offre mes sourires, je ne voit pas pourquoi je devrais douter que les autres font aussi bien, au moins jusqu'à preuve du contraire.

Je puise cette croyance dans ces petites choses autant que dans les millions de personnes dans les rues, que dans les choses vues, entendues ces derniers temps.

Et l'inébranlable optimisme né de cette croyance n'est pas naiveté, je préférerais parfois mais ma sensibilité à l'utre n'évite pas la face obscure des choses.

C'est pour ça que souvent le matin je change de radio, préférant un peu de musique aus paroles d'atualité. Parce que parfois, souvent... Parce exemple comment déjà sont repris les évenements des derniers jours (les mauvais comme les bons). entendre par exemple la volonté d erenforcer la sécurité, limite Delle elle ricane en entendant ça, c'est tellement évident, tellement facile et tellement contre productif.

Pardon d'être si affirmative, mais on le sait, non, que le terrorisme, l'extrémisme nait aussi du tout sécurité. On le sait, non, que la sécurité dans l emauvais sens c'est la haine et pas la protection.J'ai peur que ce qui se prépare n'aille pas forcément dans le bon sens.

Je dois être naive, car je crois plus fort que jamais que cet argent, ces énergies seraient plus utile dans la prévention, dans ce spetits projets nés des acteurs locaux (et c'est important) consolidés avec l'aide des administrations publiques qui ont les moyens de les concrétiser. Je crois plus fort que jamais que c'est en allant chez les gens, en leur proposant de partager autre chose, en les aidant à vivre au quotidien, en leur ouvrant des portes oumieux en leur permettant d'en ouvrir eux même. que c'est ainsi qu'on évitera des actes barbares, qu'on évitera que certains choisissent la violence, la fermeture, l'exclusion...

J'ai énormément de mal à comprendre (vous savez quand on sait mais qu'on ne conçoit pas), je ne veux pas accepter que certains ont une vie qui les construit ainsi; qui, aujourd'hui sur un territoire comme la France, les amène à ça.

Mon inébranlable optimisme,encore lui, crois fort qu'il suffit de petites graines, de regard bienvaillant, de voir ce qui va, ça ne signifie pas se cacher du reste, ni le nier, soyons bien d'accord, de travailler sur ce qui est possible plutôt que de se heurter à ce que nous ne pouvons pas.

Et même je crois, je sais que bien souvent quand on change de regard, de position tout,ou presque :-) , devient possible.